Exemple de réméré

Scénario

Un couple est propriétaire d’un logement dont la valeur a été estimée par un notaire à 200 000 €. Toutefois, pour une multitude de raisons, ce couple a été amené à contracter des prêts pour une valeur de 100 000 €. L’un des membres vient à subir une baisse de revenu (chômage par exemple) rendant le paiement des mensualités de crédit impossible. La banque du couple, au courant de la situation, n’autorise pas de découvert supplémentaire ni de prêt de trésorerie qui aurait pu permettre de maintenir la situation financière à flot. Les créanciers, après mise en demeure, décident de ficher et demandent le remboursement total du capital restant dû de leurs dettes. Dans l’impossibilité de contacter un autre organisme de prêt (à cause du fichage Banque de France), c’est au tour de la justice d’intervenir pour demander la saisie du bien immobilier et sa vente aux enchères. Il est bien évident que si le processus se poursuit le logement risque d’être bradé.

Vente à réméré

Il existe cependant la solution du réméré. Après avoir vu un spécialiste dans le domaine qui les a conseillé, ce dernier leurs a trouvé un investisseur qui va permettre de sauver leur patrimoine. Celui-ci propose de racheter le bien 140 000 € ( 70 % de sa valeur). 100 000 € serviront au paiement de la dette, 10 000 € au paiement des frais (acte notarié….) et les 30 000 € restant seront versés sur un compte séquestre (dépôt de garantie servant d’apport pour le rachat et la rémunération de l’investisseur). Le couple devra s’acquitter d’un loyer mensuel de 1 400 €, soit 1 % du prix d’achat.

Le premier effet de cette opération est l’arrêt immédiat des procédures en cours (saisie).

Le second est la levée des fichages suite aux remboursements des dettes. Le couple se retrouve alors libéré de toute contrainte, avec une situation financière saine tout en continuant à vivre dans le même lieu. Ils n’ont plus qu’à retrouver un financement pour racheter leur bien dans le délai imparti. Pour une durée de 2 ans, on peut raisonnablement tabler sur un prix de rachat de 155 000 € (140 000 € + 15 000 € de marge prise par l’investisseur).