Assurance chômage

Présentation

L’assurance chômage est un contrat par lequel l’assureur indemnise l’assuré en cas de perte d’emploi. Cette souscription n’est en aucun cas obligatoire, notamment parce qu’elle est injustifiée dans certains cas (fonctionnaires…), mais peut être imposée par l’établissement financier qui peut considérer que l’employeur de l’emprunteur n’est pas assez solide financièrement.

Elle entre en jeu seulement dans le cas d’un licenciement. Elle ne couvre pas les personnes démissionnaires.

Personnes éligibles

Certaines conditions sont toutefois à respecter pour en faire la demande. Il faut :

  • Avoir une profession compatible avec le régime d’allocation chômage.
  • Avoir un emploi stable (les CDD ou contrat en période d’essai sont exclus).
  • Ne pas être en cours de procédure de licenciement.
  • Avoir atteint une certaine ancienneté en fonction de l’assureur qui prend en charge le risque.
  • Ne pas dépasser l’âge limite imposé par les établissements.

Durée du contrat

Comme pour tout type de contrat d’assurance, la durée de couverture est notifiée. Elle est généralement d’un an renouvelable par tacite reconduction. L’emprunteur a la possibilité de résilier son contrat (notamment s’il change de statut professionnel) en le notifiant à l’assureur, par courrier envoyé en recommandé avec accusé de réception, un mois avant la fin de ce délai.

Dans tous les cas le contrat prend fin au moment du remboursement total du prêt.

Délai de carence

C’est le point le plus important de ce type de contrat. Il ne faut pas s’attendre à être indemnisé dès le premier jour de chômage. Selon l’assureur choisi, la période de carence va de 6 mois à 1 an. En d’autre terme, l’emprunteur continue de payer la totalité de ses mensualités durant ce délai. L’assureur ne commencera à intervenir que pour les versements suivants.

C’est généralement le début du paiement de la première indemnité ASSEDIC qui déclenche ce délai.

Couverture

Un autre point majeur de ce type de contrat est le niveau de couverture. Selon l’assureur la prise en charge n’est pas la même. Certains couvrent un pourcentage prédéfini de la mensualité (50 % par exemple), alors que d’autres n’assurent qu’un pourcentage de la part de revenu. Le dernier cas est important car l’assureur ne couvre alors l’emprunteur qu’à hauteur de la différence entre son précédent salaire et les prestations qu’il touche. En clair, si l’assuré touche 60 % de son salaire au chômage et que l’assureur le couvre pour 50 % de la perte de revenu, la prime d’assurance versée ne représentera en fait que 20 % ( 40 % de perte x 50 % de couverture) de la mensualité de crédit.

Coût

C’est le point noir de ce type de contrat. Le coût est souvent prohibitif au point de pouvoir faire doubler la prime d’assurance initiale (assurance décés /invalidité).

Il se calcule soit sur le montant total du prêt, soit sur le montant de la mensualité.